Contexte Historique

{--RETOUR "1814. Campagne de France, peinture de E. Meissonnier, Musée d'Orsay" Le Contexte historique Au début de l’année 1814, à la suite des désastreuses campagnes de 1812 en Russie et de 1813 en Allemagne, la France napoléonienne se trouve dans une situation plus que critique puisqu’elle voit l’armée des coalisés pénétrer sur son sol en de nombreux points. Depuis le début de l’Empire en 1804, c’est la première fois que la France est envahie. En Italie, Eugène recule lentement mais sûrement devant les troupes autrichiennes. Dans les Pyrénées, les maréchaux Soult et Suchet ont évacués l’Espagne. Ils se battent maintenant en France contre les forces Anglo-espagnoles très supérieures en nombre de Wellington. Aux environs de Lyon, Augereau est chargé de marcher et de combattre sur les flancs de l’ennemi avec une petite armée. De plus, la Hollande est définitivement évacuée par les troupes françaises. Dans ce contexte très défavorable, Napoléon le sait, il doit une nouvelle fois vaincre ou tout perdre. Malgré tout, Napoléon éclairera cette campagne de tout son génie militaire en tenant tête à des forces adverses bien largement supérieure en nombre. Les forces en présence: En repassant le Rhin, l’Empereur ne dispose plus avec lui que de 60 ou 70.000 hommes avec les corps de Macdonald (environ 10.000 hommes), de Victor (environ 12.600 hommes), de Marmont (environ 13.100 hommes), de Ney (environ 13.200 hommes), de Oudinot, de Mortier (environ 12.300 hommes), la réserve de Paris sous les ordres du général Gérard (environ 4.800 hommes). Il a face à lui, non pas une armée mais trois placées sous le commandement du prince de Schwarzenberg : -L’armée de Bohême avec 200.000 puis 230.000 hommes en février 1814. Elle est commandée par le prince Schwarzenberg, elle est composée de la façon suivante : 1er corps, 15.500 soldats autrichiens aux ordres du comte Colloredo. 2e corps, 12.500 soldats autrichiens sous le prince Aloys de Lichtenstein. 3e corps, 14.500 soldats autrichiens sous le comte Giulay. 4e corps, 14.000 soldats wurtembergeois sous les ordres du prince Guillaume de Wurtemberg. 5e corps, 34.000 soldats bavarois et autrichiens sous Karl Philipp comte de Wrède. 6e corps, 21.000 soldats russes sous Pierre comte Wittgenstein. Deux divisions légères, soit 11.000 soldats autrichiens sous les ordres du comte Bubna et le prince Maurice de Lichtenstein. Réserves autrichiennes, 18.500 hommes sous les ordres du prince héritier de Hesse-Hombourg. Gardes et réserves russo-prussiennes, 38.000 hommes sous Barclay de Tolly. Les cosaques de Platov, environ 6.000 hommes. -L’armée de Silésie avec 46.600 hommes puis environ 86.000 avec l’arrivée de Kleist et le reste du corps de Langeron. Cette armée est dirigée par le maréchal Blücher. 1er corps prussien, 19.560 hommes sous le Comte York von Wartemburg. 2e corps prussien, environ 20.000 hommes sous les ordres du comte von Kleist. 3e corps russe, 19.400 hommes commandés par le baron Sacken. 4e corps russe, 25.000 hommes sous le comte Langeron. -L'armée du Nord avec environ 159.000 hommes mais seulement 42.800* entreront sur le sol français. Cette armée est commandée par l'ancien maréchal Français devenu prince héritier Suèdois, Bernadotte. 1er corps du général Bülow*, environ 30.000 prussiens. 2e corps du baron Winzingerode*, environ 36.000 russes. 3e corps sous les ordres du prince de Weimar, environ 23.000 saxons. 4e corps du comte de Walmoden, environ 15.000 russes. 5e corps du comte Stedingk, environ 23.000 suédois. 6e corps du duc de Brunswick, environ 32.000 prussiens. (*seuls ces deux corps d'armée entreront en France) PAGE SUIVANTE--}
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site